Le syndrome isolateur

Je m’appelle Alexandre Pieroni et j’étudie la sociologie à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales).

Ce carnet rend compte d’un travail de terrain sociologique en cours sur le syndrome de l’électro-hypersensibilité aux champs électromagnétiques.

L’électro-hypersensibilité (appelée aussi électrosensibilité) fait partie de ces nouveaux syndromes environnementaux, dits « maladies émergentes », résultant de technologies récentes. C’est un syndrome qui est encore sujet à controverse scientifique, le lien de cause à effet entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes du syndrome n’étant pas encore prouvé et accepté par l’académie de médecine.

Les personnes électro-hypersensibles ressentent les ondes émises par les téléphones portables, le wifi, les antennes relais et autres dispositifs sans fil. Les plus atteintes d’entre elles peuvent être contraintes de fuir dans des lieux isolés pour échapper à ces ressentis douloureux.

Cette recherche s’intéresse aux dynamiques de désocialisation et de resocialisation par lesquelles passent les personnes atteintes durant les différentes phases du syndrome. Il s’agit d’analyser les stratégies d’évitement et d’adaptation mises en œuvre, ainsi que leurs effets sur leur vie sociale. La question est de comprendre comment, et dans quelles mesures, ces personnes échappent (ou pas) au cadre désocialisant de leur syndrome, pour refaire (ou pas) société.

Je publie sur ce blog des états de mon travail de terrain. Il s’agit à la fois de donner une forme à ce qui a déjà été fait et de préfigurer les résultats à venir. Alors qu’au début de mon approche de l’électro-hypersensibilité, je me plaçais dans une démarche journalistique, j’ai évolué dans le sens de l’approfondissement du sujet jusqu’à entamer des études de sociologie qui donnent à mon travail une toute autre portée.  Dans la continuité de cette évolution, je souhaite que ce blog soit ouvert à tous et qu’il donne à réfléchir à chacun. Mon adresse internet est présente tout au long du blog, les personnes désirant me contacter n’ont donc qu’à m’écrire. Ce blog est multiforme. On y trouve :

– des textes,

– des vidéos,

– des enregistrements sonores,

– et tout type de matériel jugé pertinent…

Ces différents types de documents font écho à la diversité des situations que vivent les personnes électro-hypersensibles et aussi aux réalités pratiques du terrain. Il n’existe pas un « profil type de l’électro-hypersensible ». Ils sont mariés ou célibataires, riches ou pauvres, vieux ou jeunes, ils ont fait des études ou pas, ils sont femme de ménage ou bien énarque.  On peut noter qu’ils sont presque tous adultes (les cas d’enfants atteints par le syndrome sont très rares), la plupart au-dessus des 40 ans, et que ce sont très majoritairement des femmes.

Bien entendu, toutes les publications de ce blog se font dans le respect de l’anonymat et de la vie privée des personnes que j’interviewe et/ou filme. Toutes les personnes interviewées ne sont pas présentées sur ce blog, pour des raisons de place, parfois de redondance des témoignages, ou simplement parce que je suis débordé de travail. Mais je les remercie toutes et tous pour leurs témoignages et leur aide incontournable.

Bref, ce blog est un outil de communication, à la fois relais d’information et opportunité de contact.

Je vous souhaite à tous une bonne lecture et je suis ouvert à vos réactions. Alexandre Pieroni, alexandre.pieroni@ehess.fr


2 réflexions sur « Le syndrome isolateur »

  1. A propos du syndrome isolateur et du mot SEUL…

    Le syndrome que vous évoquez concernerait 5% des 66 millions de français, ça fait beaucoup 3 millions ? ? ?

    Le 19 avril 2013 15:23, j’avais écrit ce courriel :
    « Un film sur des réfugiés environnementaux (électrosensibles) à Green Bank aux USA et une étude récente sur les personnes électrosensibles devenues « hermites » m’ont fait rebondir sur un texte de Michel Hannoun plus particulièrement sur les 4 lettres du mot ***SEUL*** : S comme solitaire par goût de la solitude, E comme esseulé parce qu’abandonné par les autres, U comme unique de son espèce, L comme libre : seul à décider… Les Anglais ont quatre mots: lone, alone, lonely et lonesome. »

    1. Je ne sais pas trop comment me sortir intelligemment de ces querelles de chiffres. 5% ? D’où tenez-vous ce pourcentage ?
      Pour ma part, je le connais déjà. Et j’en connais plein d’autres : 1%, 0,1% ou 25%… ils sont nombreux, ces chiffres, ils circulent, on les reprend, on les conteste, et à la fin on ne sait plus trop.
      Et puis d’ailleurs, c’est quoi être électro-hypersensibles ? C’est quand vous êtes obligés de vous cacher au fond des bois, ou simplement quand l’oreille vous chauffe après avoir passé trop de temps au téléphone ? Selon le critère pris en compte, on peut aller de quelques dizaines de cas à des millions. Et de toute façon, à une extrême comme à l’autre, il n’y a pas de recensement exhaustif. Donc comment produire des statistiques fiables ?
      C’est pour cela que je ne m’attache pas trop aux chiffres, mais plutôt à des situations concrètes vécues par des gens concrets.
      Concernant le mot « seul », je me suis bien gardé de l’employer. La plupart des électrosensibles ne sont pas forcément plus seuls que les autres gens. Même si certains sont dans une solitude effroyable. Mais ils sont atteints par un syndrome qui est facteur d’isolement. Et ça m’intéresse.
      Le texte d’Hannoun m’intéresse aussi, vous me l’enverriez ? Et aussi les coordonnées du film sur Greenbank ?
      Merci d’avance,
      Alexandre Pieroni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *